Content: Angie Becker

Angie Becker

Bild_Angie-Becker_F12_Aufloesung_fr.jpg

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie de communication, la SGA a réalisé, en été 1999, une propre campagne d'affichage à l'échelon du pays. Il s'agissait de montrer, sous la forme d'une preuve effective et concrète, comment un affichage fonctionne, comment une conception concrète peut jaillir d'une foule
de contacts, fugitifs d'abord, et - conséquence logique - comment l'intérêt, puis la reconnaissance naissent.

L'élément central de notre action publicitaire consistait en une dame parfaitement inconnue jusque-là portant le nom d'Angie Becker. Angie Becker - jeune, cheveux roux, sympathique - fut présente durant deux semaines sur un total de 4 500 surfaces d'affichage SGA. Sur tous les sujets, aucune identification claire, mais une seule et unique phrase: «Qui connaît Angie Becker?»

La recherche d'un fantôme du nom d'Angie Becker a suscité un vaste écho et, très rapidement, les médias reprirent également le thème. Jusqu'à ce qu'enfin, le onzième jour, la solution arrive. En un temps très bref, un bandeau fut collé sur toutes les affiches et la devinette était résolue par cette affirmation: «Angie Becker le prouve: avec les affiches SGA, on se fait connaître en un rien de temps.»

 

Le genre de la campagne permettait de réaliser un projet longuement mûri de notre recherche sur l'affichage.
Diverses études nous ont permis d'effectuer jusque-là une enquête sur tout un nombre d'aspects quantitatifs et qualitatifs sur l'efficacité de l'affichage, comme p. ex.:

  1. pénétration
  2. chances de contact
  3. mémorisation
  4. attribution à la marque,

Mais une question importante est restée sans réponse jusqu'à aujourd'hui: quel est l'accroissement du taux de connaissance effectif d'un produit ou d'une marque à la suite d'une campagne d'affichage?

< retour